Effets CBD

CBG et CBD : lequel est le plus fort ?

Pascal

Aucun commentaire

word image 406 1.jpeg

Le cannabis est une plante bien connue et appréciée depuis plusieurs années pour ses propriétés. Ses fleurs présentent une chimie complexe du fait des molécules qu’elles contiennent. La plus connue jusqu’à l’heure actuelle reste le CBD.

Après avoir confirmé les nombreuses vertus du CBD par des études scientifiques, les chercheurs se penchent actuellement sur un autre cannabinoïde présent dans cette plante : le CBG.

Présent dans le chanvre, le cannabigerol (CBG) est l’un des cannabinoïdes non psychotropes disponibles en faible quantité dans cette plante récréative. On le considère comme un précurseur d’autres cannabinoïdes.

Compte tenu de ses propriétés, les consommateurs n’hésitent pas à comparer les deux molécules. Certains en viennent à s’interroger sur la question de savoir lequel d’entre le CBD et le CBD est le plus fort.

Le CBG a plus d’affinités avec le système endocannabinoïde, mais compte tenu des facteurs bien connus sur le CBD, il n’est pas possible de le considérer comme particulièrement plus fort que le CBD.

Présentation des deux molécules, points de similitude, action sur l’organisme, puissance… Nous vous proposons une tentative de réponse dans cet article.

Que sait-on du CBD ?

Le cannabidiol (CBD) est une molécule obtenue par extraction de la plante de chanvre. Il fait partie de la centaine de cannabinoïdes contenus dans cette plante millénaire. Souvent, le CBD est assimilé au THC (tétrahydrocannabinol) une autre substance, cependant psychotrope, contenue dans la plante.

Cette plante, utilisée depuis des millénaires, a fait l’objet de nombreuses controverses. Mais après plusieurs études, ses nombreuses propriétés ont été confirmées. Plusieurs industries ont sauté dans le train du CBD pour tirer profit de cette molécule miraculeuse.

Contrairement au THC, ce cannabinoïde miraculeux dispose de vertus thérapeutiques impressionnantes. En se liant aux récepteurs du corps humain, le CBD encourage ce dernier à produire ses cannabinoïdes pour agir sur le système nerveux.

Il a fallu de nombreuses années pour que ces bienfaits soient prouvés scientifiquement et validés dans le monde de la médecine humaine, et même animale.

Et le CBG : de quoi s’agit-il ?

Pour pouvoir bien comparer le CBD au CBG, il est essentiel de bien connaître au préalable ce dernier. Le CBG est l’une des 100 molécules que le cannabis est capable de produire. Extrait de la plante de chanvre, le cannabergiol est un cannabinoïde aux vertus non-psychotropes, raison pour laquelle il est accepté. Il est présent de manière naturelle dans la plante de chanvre.

Parlant de la plante de chanvre, rappelons qu’elle a la particularité d’exploiter la photosynthèse. Ceci, pour transformer l’énergie lumineuse en unités énergétiques. Ces dernières sont utiles dans la réalisation des fonctions métaboliques et bien d’autres processus physiologiques.

Au terme de ces processus marqués par des réactions chimiques en cascade, la plante bénéficie des molécules comme l’acide olivétolique (OA) et le pyrophosphate de géranyle (GP) qui réagissent pour former le CBG.

Le taux de CBG varie en fonction de la variété de plantes de chanvre utilisée. La molécule a la particularité de se retrouver en faible quantité dans la plante, ce qui ne facilite pas son extraction. Malgré cela, c’est le CBG qui est responsable de la production d’autres composés comme le THC, le CBD.

Il faut ajouter qu’il est présent à des concentrations en dessous de 1% dans différentes variétés de cannabis. Les producteurs procèdent à une optimisation du niveau de la substance dans les produits à l’instar des fleurs, des infusions, des huiles, baumes ou des compléments alimentaires.

Comme le CBD, le CBG est une substance aux bienfaits analgésiques, apaisants, anti-inflammatoires. Ses propriétés anxiolytiques de ce cannabinoïde facilitent le sommeil et donnent de l’énergie. La substance a plusieurs effets.

Il agit sur :

  • La régulation de l’appétit : la capacité du cannabis à augmenter les fringales est le fait de la molécule de CBG qu’il contient ;
  • Les inflammations : comme le CBD, le CBG est efficace contre les inflammations, les maladies de la peau, le psoriasis, le syndrome de côlon irritable et la maladie de Crohn ;
  • L’amélioration de l’humeur ;
  • Lutte contre l’anxiété, le stress et la dépression grâce à ses vertus apaisantes ;
  • Le traitement des douleurs du fait de son action sur les récepteurs vanilloïdes qui transmettent les signaux au système nerveux central ;
  • Thérapie du glaucome qui est une maladie du nerf optique qui réduit la vision. Le CBG est en effet un grand vasodilatateur qui aide à réduire la pression oculaire ;
  • Résistance contre les cancers, car le CBG est capable de limiter la formation des cellules cancéreuses.

Le rôle du CBG dans la production des cannabinoïdes

Le CBG, ou cannabigérol, est souvent considéré comme le « précurseur » des autres cannabinoïdes présents dans le cannabis, notamment du THC et du CBD. En réalité, le CBG provient de l’acide cannabigérol (CBGA), qui est transformé en différents cannabinoïdes au fur et à mesure que la plante de cannabis mûrit. Ce processus explique pourquoi les niveaux de CBG sont généralement beaucoup moins élevés que ceux de CBD ou de THC dans les plantes de cannabis.

Lire aussi :  Quels sont les effets négatifs du CBD ?

Malgré sa faible concentration, le CBG présente tout de même des propriétés intéressantes pour la santé et le bien-être. Des recherches préliminaires ont montré que le CBG pourrait avoir des effets anti-inflammatoires, analgésiques et antibactériens. Toutefois, il est essentiel de souligner que les études sur le CBG sont encore limitées, et davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre son potentiel thérapeutique.

Comment agissent les deux substances sur l’organisme ?

Sur l’organisme, le CBG met en action des récepteurs CB1 et CB2 et l’ensemble du système nerveux central. Par cette action, la molécule contribue à l’augmentation du plaisir, à la régulation de l’appétit et du sommeil, booste la motivation et au soulagement de douleurs diverses.

Capable d’agir positivement sur certaines maladies, le CBG n’est pas psychoactif comme le THC. Le consommateur ne court aucun risque de planer en l’ingérant. Au-delà du fait que les deux molécules agissent sur le système endocannabinoïde humain, le CBG a une action particulière sur le cerveau.

C’est une molécule capable d’inhiber la capture du GABA, ce neurotransmetteur largement impliqué dans les synapses du cerveau humain. De quoi faciliter la relaxation musculaire et la réduction des signes d’anxiété.

Par ailleurs, le CBG, selon une étude menée en 2015, serait capable d’améliorer la régénération des cellules du cerveau et de combattre certaines pathologies neurodégénératives. Il est aussi proscrit chez les sujets souffrant d’insuffisance rénale ou insuffisance hépatique sévère.

Toutefois, le CBG est une molécule contre-indiquée dans certains cas. Il est déconseillé de prendre cette substance pour les personnes victimes de maladies ou présentant des antécédents de troubles cardiologiques et même cérébrovasculaires sévères tels les infarctus du myocarde ou les AVC.

La molécule est à éviter en cas d’antécédents de troubles psychotiques comme la schizophrénie.

Généralement, la molécule se consomme par absorption sublinguale. Le procédé consiste à placer quelques gouttes d’huile de CBG sous la langue. Il suffit d’attendre une trentaine de secondes ou une minute tout au plus pour commencer à ressentir les effets de ce cannabinoïde.

 

Interactions et effets combinés du CBG et du CBD

Les cannabinoïdes, tels que le CBG et le CBD, interagissent souvent de manière synergique, ce qui signifie qu’ils peuvent travailler ensemble pour produire des effets supérieurs à ceux qu’ils auraient individuellement. Cette interaction est connue sous le nom d’effet d’entourage. Les deux cannabinoïdes agissent sur les récepteurs du système endocannabinoïde (ECS), mais de manières différentes.

Le CBD a une faible affinité pour les récepteurs CB1 et CB2, ce qui signifie qu’il n’active pas directement ces récepteurs. Au lieu de cela, il modifie l’affinité des autres composés pour ces récepteurs, permettant ainsi d’influencer les effets des autres cannabinoïdes. D’un autre côté, le CBG agit comme un antagoniste des récepteurs CB1 et CB2, empêchant ainsi leur activation par d’autres composés. Ensemble, le CBD et le CBG peuvent travailler en tandem pour moduler l’ECS et produire des effets bénéfiques sur la santé.

Lequel d’entre le CBG et le CBD est plus fort ?

Pour comprendre lequel du CBD ou du CBG peut être plus fort, il est indispensable de cerner au préalable les différences entre les deux.

L’une des principales différences entre ces deux cannabinoïdes tient de leur affinité avec les récepteurs cannabinoïdes du corps humain. Certaines études scientifiques ont démontré que contrairement au CBD, le CBG a une très forte affinité avec les récepteurs CB1 et CB2 du système endocannabinoïde. À l’opposé, le CBD présente une plus faible affinité.

Compte tenu de cette forte affinité du CBG avec les récepteurs, les effets de cette molécule sont deux fois plus efficaces sur la santé humaine. Capable d’agir plus vite, le CBG semble au-dessus du CBD. Lorsqu’on prête attention aux caractéristiques du CBG, en les comparant à celles du CBD, il est possible d’affirmer qu’il est plus puissant.

Mais une telle affirmation peut paraître hâtive, car plusieurs paramètres sont à prendre en considération. Étant relativement nouveau dans l’univers des substances récréatives, le CBG est encore très peu connu.

Peu d’études ont été menées à son sujet comparativement au CBD dont les bienfaits et les vertus ont été plusieurs fois confirmés. Aussi, le CBG est de faible concentration dans la plante de chanvre, ce qui rend difficile son extraction.

 

4.5/5 - (55)
À propos de

Je suis Pascal, un fervent adepte du CBD, déterminé à faire de CBD France Legal votre référence en matière de CBD. Chaque décision que je prends est guidée par mon expertise.

Photo of author

Laisser un commentaire